« Vorläufiges zu Zettels Traum » – Arno Schmidt

Je me le suis acheté. Ça faisait quelques années que je le reluquais sans le mettre dans le panier. Ce qui m’intéressait avant tout, c’était l’enregistrement audio, de Schmidt lui-même, qui explique l’origine et tente de démystifier son maître ouvrage, Zettels Traum, au sujet duquel j’ai parlé à répétition ici. Le boîtier (un réel boîtier de bois) contient un livret d’une vingtaine de pages, trois feuillets facsimilés de ZT ainsi que deux précieux vinyles, sur lesquels on entend la voix du maître. Vorläufiges zu Zettels Traum (traduisible par quelque chose comme « considérations provisoires à propos de Zettels Traum ») n’a jamais été digitalisé et sa facture fragile en rendait l’accès difficile par prêt entre bibliothèques universitaires, mon recours habituel quand je recherche de rarissime objets. M’étant acheté tout récemment une table tournante USB, j’ai pu mettre le tout en fichiers mp3. Surtout, j’ai pu m’approcher un peu plus du secret de ce rêve de fiches.

Certains trouveront le format inhabituel. Il l’est aussi, naturellement, – et je dois dire un mot à ce sujet.

J’ai d’ores et déjà présenté un livre à deux colonnes ; il s’agit de Kaff auch Mare Crisium, dans lequel un couple, en vacances pour quelques jours en Basse-Saxe, s’imagine pour le plaisir être en voyage sur la lune ; un long monologue intérieur (jeu réflexif) pour passer le temps, donc. Le format était déjà trop gros pour certains libraires, ce qui, naturellement, est pour moi un vil argument. Que l’on le range dans une bibliothèque ou qu’on le pose sur une table, ça n’a aucune importance.

Dans Zettels Traum, on compte même trois grandes colonnes de texte. Ce n’est pas que j’aie été particulièrement ambitieux – pour enchevêtrer le plus d’actions possibles, la technique des colonnes pourrait être poussée jusqu’à quatre.

Avec Finnegans Wake, par exemple, qui est d’ailleurs aussi un livre à plusieurs colonnes, Joyce ne s’était pas compliqué la vie et avait tout imprimé pêle-mêle, librement. Il prenait un malin plaisir aux cachotteries.

(traduction personnelle)

« Feu furieux » – poème vidéalisé

(poème original, sur une musique de Kraked Unit, « Les Fleurs du Slam »)

« Seelandschaft mit Pocahontas » (tentative de traduction) – Arno Schmidt

Je ne veux plus présenter Arno Schmidt. C’est l’un de mes auteurs préférés, je l’ai dit et redit.
Maintenant, il faut le lire. Le relire. Et même l’écrire. Voire même essayer de le traduire…

Incipit bilingue de Berlin Alexanderplatz (ma traduction)


Lecture bilingue de l’incipit du roman d’Alfred Döblin sur une musique de Kurt Weil (interprétée par Gabor Benda)

The Penniless Redeemer (Le Ciel de Québec) – Ray Ellenwood

(Photographie par Daniel Fontigny © dans le livre de Jacques de Roussan, Jacques Ferron – 1971 au PUQ)

Cette scène. Cette traduction. Ce Rédempteur.


(lecture de la page 50)

© Copyright . :: Antoine Malette.com :: . - Designed by Pexeto